Yémen

Enfants déplacés dans le nord d’Abs où MSF a organisé des cliniques mobiles pour offrir des consultations et des vaccinations, et orienter certains patients vers l’hôpital que nous y soutenons. Yémen, avril 2019. © Al Hareth Al Maqaleh/MSF
PARTAGEZ CETTE PAGE :

DONNÉES MÉDICALES CLÉS POUR 2019 :


27 100

interventions chirurgicales

308 900

consultations ambulatoires

75 800

personnes hospitalisées


Au Yémen, cinq années de guerre civile ont laissé le système de santé en ruine. De violents affrontements sur les lignes de front et des attaques fréquentes contre des établissements de santé ont empêché les civils d’accéder à des soins médicaux essentiels.

En raison de l’insécurité et des contraintes d’accès, MSF et d’autres organisations ont été incapables de collecter des données fiables sur les besoins nutritionnels et humanitaires dans l’ensemble du pays.

L’année dernière, MSF travaillait dans 12 hôpitaux et centres de santé, et soutenait plus de 20 établissements de santé dans 13 gouvernorats du Yémen.

Notre personnel a été témoin en 2019 de nombreuses attaques à l’endroit des patients, des établissements médicaux et des civils.

À l’hôpital chirurgical d’Aden, les activités ont été suspendues pendant un mois à la suite de l’enlèvement et du meurtre d’un patient. Dans la ville de Taïz, l’hôpital Al-Thawra soutenu par MSF a subi 11 intrusions armées, au cours desquelles un patient a été tué. À Mocha, un hôpital MSF a été gravement endommagé lors d’une frappe aérienne sur des bâtiments environnants.

MSF a réitéré son appel à des engagements pour la protection et le respect des établissements de santé, du personnel médical, des patients et de leurs soignants.

Nous avons fourni des soins de santé maternelle et infantile dans la plupart des gouvernorats que nous avons soutenus. Tragiquement, beaucoup de mères, d’enfants et de nouveau-nés sont morts dans les hôpitaux où nous travaillons, ou en chemin pour s’y rendre. De nombreux nouveau-nés amenés à MSF pour des soins présentaient un poids de naissance insuffisant ou étaient nés prématurément. Le nombre élevé de décès est lié à plusieurs facteurs, la plupart étant une conséquence directe de la guerre.

En réponse à l’augmentation des besoins, MSF a commencé à construire une nouvelle maternité à Al-Qanawes pour desservir les gouvernorats de Hajjah et de Hodeidah. Les flambées de maladies infectieuses sont courantes au Yémen en raison des installations sanitaires inadéquates, du manque d’eau potable, de la pénurie de vaccins et des interruptions dans les programmes réguliers de vaccination. Entre janvier et avril, nous avons admis 15 265 cas suspects de choléra dans nos installations et ouvert des centres de traitement du choléra à Khamer et Taïz.

Carte du Yémen qui montre où MSF a travaillé en 2019.